Accueil > Les Espaces Volontariats > Asie > Philippines > Installation du volontaire

Installation du volontaire

Pour une installation réussie, l’Espace Volontariats des Philippines vous donne toutes les clés :

 

VISA

Un visa est nécessaire pour entrer aux Philippines. Plusieurs choix sont possibles :

  • Le plus simple consiste à obtenir un visa gratuit d’une durée d’un mois à l’arrivée à l’aéroport. Ce visa sera ensuite à renouveler une première fois pour un mois, puis tous les 59 jours, en se rendant au Bureau of Immigration, situé à Intramuros, Manila City. Le renouvellement se fait sans problème et demande d’attendre 1h30 à 2h pour obtenir le précieux sésame. Chaque visa de 59 jours coûte entre 2 000 et 4 000 pesos (entre 32 et 64 € - taux de conversion au 15/05/2018).
  • A noter qu’il existe des bureaux annexes dont un, par exemple, à Makati (Board of Investment building, Gil Puyat Av. cr. Paseo de Roxas). Bien pratique pour éviter de se déplacer, mais attention, quelque soit le bureau où vous vous rendez, veillez à être en tenue décente au risque, sinon, d’être refoulé à l’entrée : pas d’épaules découvertes, pas de short, pas de tongs...
  • Il est également possible d’obtenir directement le premier visa de 59 jours en se rendant à l’Ambassade des Philippines en France :
    => 4 Hameau de Boulainvilliers / 45 rue du Ranelagh, 75016 Paris.

Nouveauté :

  • Depuis le moi de Mai 2017, France Volontaires a obtenu l’accréditation de l’Agence philippine des volontaires (Philippines National Volunteer Service Coordinating National Agency). Cette accréditation favorise la reconnaissance de notre structure et nous ouvre la possibilité de gérer les visas des volontaires qui restent au minimum un an et dont l’organisation d’accueil est partenaire de France Volontaire. Le temps de la procédure reste encore long (3 mois) mais permet aux volontaires de ne pas se déplacer et de ne pas payer constamment les extensions des visas.

A noter :

  • A partir du 2ème renouvellement, il est souvent demandé de faire, en même temps une carte d’identité philippines (Alien Certificate of Registration) dont le coût oscille entre 4000 et 7 000 pesos (environ 64 et 112€)
  • Pour le volontaire qui ne sort pas du pays avant 6 mois, un Certificate of Clearance sera requis lors de sa sortie du territoire (qu’elle soit temporaire ou définitive). A faire au Bureau of Immigration. Coût : 500 pesos (8 €)

Attention !!!

A chaque arrivée à l’aéroport, depuis l’étranger, si vous avez un visa touriste, il vous sera demandé un billet de sortie. Le plus simple consiste à montrer votre billet de retour si vous venez aux Philippines pour un volontariat de court terme, ou de réserver un billet Manille-Kota Kinabalu (a priori, le moins cher) sur l’une des compagnies low cost philippines. Sans ce billet, vous risquez de passer quelques heures peu agréables, voir vous faire renvoyer dans vos foyers !

 

Démarches Administratives

A votre arrivée, inscrivez-vous au Registre des Français à l’Etranger. Démarche s’effectuant au Consulat de France :
=> 16th Floor Pacific Star Building, corner Sen. Gil Puyat Ext. and Makati Avenue, 1200 Makati City, Philippines.

Pour les volontaires travaillant à Cebu, il est également possible de s’inscrire au Consulat Français de Cebu => 371 Gorordo Avenue Lahug

Pour les volontaires situés sur les autres îles, la démarche peut se faire par courrier électronique, par télécopie ou par voie postale.

Cette démarche vous permet également de vous inscrire sur les listes électorales et de voter sur place.

 

Se loger

On peut envisager deux manières de trouver un logement aux Philippines :

  • Passer par une agence / broker qui vous proposera et vous fera visiter les logements correspondant aux critères de prix et/ou de surface que vous lui indiquerez. Ce service est totalement gratuit pour vous. C’est au propriétaire qu’incombe de payer l’agence lorsque vous prenez le logement.
  • Parcourir les rues à pied et repérer les maisons ou appartements vacants. Il existe à Manille de nombreux gratte-ciels dont beaucoup d’appartements sont inoccupés. Il faut donc en visiter plusieurs pour espérer trouver la perle, les logements dans ce genre d’immeubles étant généralement soit très petits, soit à un prix exorbitant. Les maisons des quartiers populaires sont, elles, a des prix plus abordables, d’autant qu’elles permettent la colocation. Les prix sont très variables, en fonction de la taille du logement, du quartier, de l’ancienneté du logement.

 

 

Selon où se trouve votre structure d’accueil, vous serez amené à chercher un logement dans divers endroits de Metro Manila. Si votre structure d’accueil est implantée dans le nord de Metro Manila, préférez davantage un logement à Quezon City. Si votre structure se trouve sur le Sud de Metro Manila, le mieux sera sans doute de trouver un logement à Makati, Pasay ou Malate.

Makati, bien qu’étant aussi la ville des expatriés, regorge de quartiers plus populaires où les logements sont à des prix abordables (Poblacion est, par exemple, un quartier très sympathique ; mais également San Antonio village). Malate est le lieu plutôt routard où se trouvent également tous les bars.

Quelque soit l’endroit où vous cherchez un logement, évitez les endroits trop près des bidonvilles et les quartiers trop populaires. N’oubliez jamais de sécuriser votre porte d’entrée et de bien la fermer, y compris la nuit, lorsque vous êtes dans votre logement… Plusieurs cas de cambriolages ont eu lieu lorsque les volontaires dormaient.

 

Se déplacer

Avion :

C’est le moyen le plus simple de se déplacer entre les différentes îles des Philippines dont un certain nombre compte un aéroport interne. En prévoyant ses déplacements suffisamment à l’avance, il est même souvent possible d’obtenir des tarifs très intéressants sur les compagnies locales (Cebu Pacific, Zest Air et Philippines Airlines). La plupart des trajets au départ de Manille vers les autres destinations internes durent entre une heure et une heure et demie.

Grab :

L’application GRAB fonctionne exactement sur le même principe qu’UBER. Vous indiquez votre destination, l’on vous donne le temps que va mettre le véhicule pour arriver, une estimation du temps de la course et le prix. Et ce prix est fixe. Pas de problème de compteur à mettre en fonctionnement, pas de refus du fait d’embouteillage, pas de sur-facturation. De plus, la course est le plus direct possible, pas de rallonge à espérer, le prix est fixé avant le départ.

Néanmoins sa présence est pour l’instant limitée aux principales villes de l’archipel : Manille, Cébu, Davao City, Iloila, Bacolod, Baguio, Cagayan de Oro et Pampanga.

Taxi :

Climatisés, il s’agit du moyen le plus simple de se déplacer en ville lorsqu’il pleut, ou qu’il se fait tard, ou simplement pour éviter de trop réfléchir ! La course est de 30 pesos + 3,5 pesos par 300 mètres. Attention il faut souvent insister pour mettre le compteur et connaître l’endroit où vous vous rendez.

A savoir, les taxis jaunes (partant et arrivant à l’aéroport) sont plus chers (70 pesos + 4,5 pesos par 300 mètres). Si vous en avez la possibilité, préférez donc un grab ou les taxis blancs, qu’il faut parfois aller chercher un peu plus loin de la sortie.

 

Jeepney :

Le moyen de déplacement le plus populaire et le plus économique du pays. Véritable bijou de famille, bichonnés et décorés selon l’inspiration du propriétaire, ces anciennes jeeps américaines rallongées vous emmènent (presque) partout, pour peu que vous n’hésitiez pas à demander votre chemin car les jeepneys ont un parcours bien défini, et il faudra parfois faire plusieurs changements avant d’arriver à destination.

La course est fixée à 8 pesos, mais peut être légèrement plus élevée pour les plus longs trajets. Composé de 2 banquettes à l’arrière, monter et descendre du jeepney est un véritable sport… Un petit aperçu humoristique en cliquant ici.

 

Tricycle :

Pratique pour les petits trajets dans un même quartier, les tricycles sont des espèces de side-cars dont la forme change en fonction de l’île, mais toujours composés d’une moto et d’une cabine.

 

Bangka :

Bateau à balancier plus ou moins gros (le plus petits sont des petits bateaux de pêche, les plus gros transportent environ 200 passagers) qui vous permettra de vous rendre sur les îles non pourvues d’un aéroport.

 

Accès à Internet et téléphone

Il est très simple d’acheter une carte SIM philippine. Vérifiez avant votre départ de France que votre portable est débloqué. Sinon, il vous sera possible d’acheter un téléphone portable basique pour environ 600 pesos (9,50 €).

Il existe plusieurs fournisseurs en système de carte prépayée que vous pouvez recharger dans (presque) n’importe quel sari-sari (petite échoppe de rue). Certains fournisseurs proposent des codes promotionnels permettant d’appeler sur des téléphones fixes en France.

Il existe 2 fournisseurs de téléphonie principaux qui sont dans l’ordre de nombre d’utilisateurs : Globe et Smart.

« Tu me textes ? » passera très vite dans votre langage courant… En effet, aux Philippines, on envoie plus de textos qu’on appelle, car le coût de l’appel téléphonique est tel que ça peut vite revenir très cher.

De nombreux points d’accès Wifi sont disponibles dans les restaurants ou cafés. Cela implique toutefois de prendre une consommation. Autrement, il est possible d’acheter une clé 3G. Les fournisseurs d’accès sont les mêmes que pour la téléphonie. Attention, selon l’endroit où vous l’utilisez, elle sera plus ou moins fonctionnelle. Il est également possible de faire installer à domicile une connexion (comptez 2000 pesos/31 € par mois).

 

Shopping

Les Philippines regorgent de malls (complexes commerciaux) en tous genres. La chaine nationale de supermarchés SM est présente partout et de nombreux autres magasins en tous genres vous proposent à peu près tout. Cependant, gardez-vous de prendre les produits les moins chers, surtout pour le matériel, car celui-ci est rarement résistant !

Pour les fruits et légumes, préférez les marchés locaux dont les produits tiennent mieux et sont beaucoup moins chers.

En dépannage, de nombreux petits sari-sari vous permettront d’acheter quelques œufs, des biscuits, une boite de thon ou un paquet de nouilles lyophilisées et… des boissons dont la bière. Ils vous permettront, en général, aussi de recharger votre crédit de portable. Certains sari-sari proposent même des plats locaux fraîchement cuisinés.

 

Où manger ?

Colonisées pendant 50 ans par les américains, les Philippines en ont gardé… les fast-foods en tous genres. Les franchises multinationales côtoient les fast-foods locaux dont le plus célèbre est Jollibee.

Pour manger plus sain et équilibré, préférez des restaurants aux saveurs diversifiées : coréen, japonais, occidentaux.

Envie de manger local ? De nombreux restaurants (canteen) proposent de la cuisine locale.

Certains sari-sari proposent également des plats à manger sur place ou à emporter. 100 % local garanti ! 

Retour haut de page